Une question ?
Contactez-nous
par téléphone 01 42 74 18 97

ou par notre Formulaire
15 juin 2015

Quand l’école à la maison rime avec liberté et efficacité d’enseignement

En 2004, un instituteur laïque de l’école publique, Marc Le Bris, pousse un cri du cœur dans son livre Et vos enfants ne sauront pas lire… ni compter ! :  « Faites le travail que devrait faire l’école à la maison ! »

Photo d'une mère qui enseigne à sa filleOù en sommes-nous aujourd’hui ?

L’enseignement se compose de trois domaines :
La méthode, le contenu (les connaissances à transmettre) et le savoir-faire(la personnalité) de l’enseignant.
Aujourd’hui
• La bataille des méthodes ne s’éteint pas : méthode globale contre méthode syllabique, Montessori ou enseignement traditionnel ? Enseignement de l’Histoire par thèmes contre Histoire chronologique, etc.
• Le contenu, autrement dit les connaissances à transmettre, a été évacué au profit de la construction du savoir par l’élève avec les dommages que chacun est à même de mesurer (dernière enquête PISA 2012).
• La pédagogie a pris le pas sur l’enseignant. Le rôle du maître et son autorité ont été effacés. Comme disait l’académicienne Jacqueline de Romilly à propos de l’enseignement, on commet aujourd’hui l’erreur d’attribuer une fonction utilitaire et non pas la formation de l’esprit (Figaro du 29 avril 2004).

La liberté d’instruction

Grâce à la liberté (article L 131-2 du Code de l’Éducation) dont dispose le parent qui instruit à la maison, chaque élément reprend sa place: la méthode classique, adoptée par le Cours Sainte-Anne, a prouvé dans le temps son efficacité par sa simplicité d’emploi et sa logique ; les connaissances universelles (lire, écrire, compter, culture générale) qui ont alimenté des générations peuvent être transmises.
Le parent tient le rôle de l’enseignant.

Efficacité de l’enseignement à distance

Guidé par les supports du Cours Sainte-Anne et soutenu par la présence effective du correcteur, le parent « répétiteur » avance au rythme de l’enfant. Son bon sens et son instinct paternel ou maternel pallient le manque d’expérience. Comme le bon enseignant, il est tendu vers son élève pour développer le meilleur de ses capacités ; il capte son attention, dirige son regard vers le domaine des connaissances qui le fera progresser.

Il n’y a pas de raison de développer un complexe psycho-pédagogique parce qu’on travaille à la maison.
Les enfants scolarisés à domicile, à temps complet ou en scolarité partielle, sont l’objet d’une attention vraie.

Partez sereinement à la découverte de vos enfants, manifestez le même plaisir et à chaque progrès, oubliez les jours gris, laissez-vous guider par votre bon sens et accompagner par les enseignants du Cours Sainte-Anne.