Une question ?
Contactez-nous
par téléphone 01 42 74 18 97

ou par notre Formulaire
11 mai 2015

L’enseignement à distance : un véritable coaching naturel

À l’époque du « tout coaching », quel meilleur coach un enfant peut-il avoir que ses parents ? Il y a longtemps que ce vocable est employé dans le monde de l’entreprise, hantant les couloirs des Directions de Ressources Humaines.

Mais qu’est-ce donc que le coaching?

Il y a longtemps que ce vocable est employé dans le monde de l’entreprise, hantant les couloirs des Directions de Ressources Humaines ; son objet: optimiser les parcours professionnels des salariés.
Puis peu à peu il a désigné l’aide à l’orientation des étudiants : « il s’agit d’explorer le potentiel inexploité, faute de méthode… » (1)
La nouveauté réside dans le fait qu’il est apparu au collège et même dans le primaire chassant sur les terres de celui qu’on appelait il n’y a pas si longtemps le précepteur.

C’est une nouvelle preuve du fort investissement des parents »(2) dixit une ancienne professeur de lettres qui a ouvert un cabinet de coaching il y a huit ans. « Il faut un cadre » résume-t-elle. « Les élèves ne savent plus apprendre … la jeune génération ultra connectée manque de concentration ».

Quel rapport entre le coaching et l’enseignement à distance ?

Comme dans de nombreux domaines, un phénomène d’accélération s’est produit dans la dégradation de l’enseignement et l’environnement scolaire ; il a pour double conséquence d’être particulièrement préjudiciable aux enfants vulnérables et à ceux qui ont soif d’apprendre. Pour les premiers, être instruits dans le cadre familial est une véritable sauvegarde. Ils peuvent ainsi prendre des forces, assurer leurs connaissances dans un cadre protégé et être ainsi à même d’affronter la collectivité en étant plus solides. Pour les seconds, un parcours riche adapté à leur demande, que ce soit en scolarité partielle ou complète, constitue une réponse à leur soif d’apprendre.

À l’époque du « tout coaching », quel meilleur précepteur un enfant peut-il avoir que ses parents ? Sachant que le coût d’une séance est facturé entre 50 et 200 € (2), enseigner chez soi est un bel investissement à tous les points de vue !

Découvrir son enfant

Trop souvent il est tenu un discours contraire, s’appuyant sur la nécessité de ne pas trop « couver » ces enfants. Cet argument recevable il y a quelques décennies est contestable tant le décor a changé : les enfants sont souvent confrontés à des situations qui les dépassent ; ils doivent surmonter des difficultés qui ne sont pas de leur âge et les atteignent dans leur intégrité physique, parfois, mais le plus souvent dans leurs capacités intellectuelles ou les fragilisent dans leur formation spirituelle.
Une véritable collaboration peut naître entre parent et enfant enrichissant l’un et l’autre à leur plus grand étonnement.

Les parents qui ont fait ce choix de l’enseignement à distance, quelle qu’en soit la raison, sont nombreux à témoigner de leur émerveillement de pouvoir ainsi découvrir leur enfant et de comprendre la façon dont il perçoit, réfléchit, se construit. Le coach ne fait pas autre chose !

Être accompagné par le Cours Sainte-Anne

Instruire son enfant c’est l’occasion de l’accompagner au plus près. Il peut être rétorqué que la distance qui permet de garder le recul indispensable dans cette rude tâche de l’instruction peut faire défaut au parent très investi dans la réussite de son enfant. C’est là que le regard extérieur de l’enseignant du Cours Sainte-Anne est nécessaire : il sera apaisant et régulateur.

Les années de pratique de l’enseignement à distance ont permis au Cours Sainte-Anne de mettre au point des parcours réellement sur mesure pour les enfants au profil particulier.

Grâce à la mise en place d’une relation en face à face avec les correctrices via une plate-forme, le Cours Sainte-Anne a encore élargi son accompagnement aux familles.

Alors, pourquoi ne pas tenter le coaching parental en scolarité complète ou partielle?

(1) « le coaching scolaire » de Matthieu Grimpret Eyrolles septembre 2014

(2) Le Figaro 17/02/15 Caroline Beyer